Il est peut être le poil à gratter qu'il manquait à la communauté gay en ces temps où le politiquement correct devient la règle. Celui, oups! celle qui réveille nos consciences endormies.
Madame H est partout, dans vos magazines, à la radio, dans la rue, sur Pink TV, et surtout sur scène avec son spectacle la Saga des transpédégouines qui vient de sillonné l'hexagone. Madame H a toujours quelque chose à dire, a un avis sur tout et c'est bien normal, sinon comment serait-elle devenue présidente d'homosexualité et bourgeoisie.
Pour la première fois dans Wag! Madame H prend la parole.


De nombreux lecteurs se demandent qui est cette Madame H, peux-tu les éclairer ?
Je suis la présidente, trésorière, secrétaire et unique membre de la très parisienne association Homosexualité et Bourgeoisie qui se bat pour réconcilier les gays avec les valeurs pédérastiques et le savoir-vivre, et réconcilier les lesbiennes avec les tailleurs. Je suis bien consciente de ne pas avoir choisi le combat le plus facile.



Comment Madame H est-elle née ?
Bien que parisienne, j'ai fait ma première apparition à Marseille (vous savez la ville dans la banlieue d'Aix-en-Provence). C'était en 1999, à la première reprise de l'Université d'été des Homosexualités. Là-bas, je découvrais ahurie que tous les homos n'étaient pas des hommes blancs, parisiens et cadres supérieurs. "C'est fou non ?" comme dirait Copi. Je découvrais qu'il existait des homos "en province" et même dans le tiers-monde... Et que les lesbiennes existaient vraiment.

Il y a des rumeurs qui circulent comme quoi tu serais la sœur cachée de Bernadette C., alors ?
Il se raconte aussi qu'en constatant l'indétermination de mon sexe et de mon genre, croyant avoir affaire à une créature monstrueuse, notre mère aurait voulu m'abandonner à l'entrée d'un couvent, et se trompant, elle me déposa à l'entrée d'une backroom. Il faut se méfier des rumeurs !

Te considères-tu comme militante ou provocatrice ?
Les deux mon capitaine ! Militante mais en deux mots : Mili Tante ! Je suis un peu la commandant Marcos des causes désespérées, ou plutôt la commandante Marcas des transpédégouines. Oui, je provoque. J'adore ça ! Mais je provoque parce que j'ai des choses à dire, à hurler au monde. Provoquer pour provoquer n'a aucun intérêt. Provoquer avec un discours, là c'est intéressant. Cela dérange, bouscule et oblige les gens à réfléchir.

Pour ceux qui ne te connaissent pas, quel est ton rôle sur Pink ?
Mon rôle sur Pink est de jouer les troubles fêtes, d'être en décalage avec une certaine représentation lisse de l'homosexualité. J'assume mon rôle de bouffonne ou de folle de la reine. Le fou du roi a toujours été celui qui avait une entière liberté d'expression. Le seul qui pouvait tout dire au roi, se permettre de le remettre en question. La folle doit jouer ce rôle de poil à gratter dans la communauté homo. Les folles ont du poil, qu'elles s'en servent, diantre !

Est-ce au travers de Madame H ta vraie personnalité de “mauvaise” qui ressort ?
Tout d'abord, Madame H n'est pas "mauvaise" mais acide. Et voilà, votre question me provoque une crise de schizophrénie ! Je parle de moi à la troisième personne comme Alain Delon. Oui, c'est vrai, il y a quelqu'un derrière le masque de Madame H, quelqu'un de très timide, sensible et gentil, qui cherche désespérément un amoureux qui ne serait pas effrayé par Madame H. Parfois je me fais peur moi-même, mais cela m'amuse tellement.

Que penses-tu de l'évolution du milieu gay ?
Les gays sortent tout juste, en liberté surveillée, après 2000 ans d'oppression. Tant mieux pour eux, mais ils ne doivent pas oublier leur passé et être plus royaliste que le roi en cherchant à se faire bien voir, en étant bien sages. Le gay m'énerve quand il déteste les folles et parle comme un "vieux con". J'adore le gay qui assume entièrement ses différences. Il ne faut pas s'excuser d'exister. Et question droits, rien n'est jamais acquis. Aujourd'hui nous sommes tolérés, mais pas acceptés. La différence entre les deux termes est grande. Il y a encore du mépris et parfois de la violence dans nos banlieues et dans certains pays pas si lointains. Ce que j'ai envie de dire aux gays :” ce n'est pas en étant des citoyens bien sages et transparents que vous ferez avancer la cause mais en mettant les pieds dans le plat.” Ce n'est pas très bourgeois mais tant pis !

Vas-tu te présenter aux élections ? Quel sera ton programme ?
Il me faut d'abord mes 500 fellations... euh pardon, mes 500 signatures. Je suis en train de finaliser mon programme. J'ai une solution radicale contre le chômage : la mise en place d'une flexibilité totale en rétablissant l'esclavage.

Ton spectacle “La saga des transpédégouines” est-il toujours d'actualité ? Des projets ?
La Saga, c'est fini. Je l'ai fait tourner pendant plus de deux ans. Maintenant pour le voir, il faut acheter le DVD (www.madameh.com).
Cela a été un bon succès : 6000 spectateurs. A présent je travaille à l'écriture de mon prochain spectacle et je vous offre un scoop. Cela s'intitulera “In bed with Madame H” et enfin je parlerai de moi et de mes amours. Tout un programme. En attendant, vous pouvez m'écouter sur Radio Nova de temps en temps à 18h30.

Propos recueillis par Serge Giordano

Tout connaître sur Madame H , sa vie, son œuvre, ses vidéos et même ses fiches bricolages, rendez-vous sur www.madameh.com