YVETTE LEGLAIRE

Ces derniers mois, nous avons vécu le retour en France d’un chanteur exilé outre-atlantique depuis les années 70.  Mais, plus fort que celui de Michel P. le retour qui nous marque aujourd’hui est le come-back d’outre-tombe d’une véritable gloire de la variété made in France. Observez bien les chiffres, ils donnent le vertige: 75 ans de carrière, un retour sur scène après 35 ans d’absence. Yvette Leglaire, la grande, est là … elle nous avait prévenu, hurlant dans nos oreilles  «je reviendrai». Son incroyable talent est intact comme vous avez pu le constater sur M6. Son amour pour la bouteille a même inspiré son nouveau récital puisqu’il s’intitule “C’est ma tournée”.


LGG - Grande Yvette Leglaire merci d’accepter cette interview. Pouvez-vous resituer pour nos lecteurs les plus jeunes votre carrière dans l’histoire de la variété française?
1m65, ce n'est pas si grand et puis ça dépend de mes chaussures. J'ai déjà chanté sur des échasses, on m'appelait: La Grande Bécasse, je faisais 2m20 de hauteur. Bref, ma carrière est très longue. J'ai connu les deux guerres, Yvette Guilbert, Suzy Delair, Lily Fayol, Yvonne Printemps, René Lebas, Sheila... J'ai chanté partout, sur tous les trottoirs, dans toutes les langues, mêmes chargées, et pour tous les publics, dans les bouges les plus sordides comme dans les plus grands palaces, enfin, un peu moins dans les palaces. Vous pouvez retrouver pleins de documents sur moi dans les archives de l'INA (Institut National des Alcooliques).

LGG - Nous étions seuls au monde pendant 35 longues années, qu’avez-vous fait durant tout ce temps?
Moi aussi, j'étais seule au monde, mais depuis ma naissance. Je me suis faite un peu désirer, je l'avoue, mais 35 ans, ce n'est pas deux siècles non plus! Et puis mon public avait disparu avec les années, les plus solides avaient tenu jusqu'à la canicule de 2003. Et hop, plus personne à mes galas. Pour retrouver mon public, je n'avais plus qu'à aller chanter dans les cimetières, c'est un peu limité, surtout au niveau des lumières; à part quelques feux follets. Et les applaudissements étaient un peu timides. Et il faisait froid, c'est pas bon pour ma voix. J'attendais impatiemment mon retour sur le devant de la scène, jouant parfois au théâtre comme le rôle de madame Pètocul dans : Qui veut goûter la chatouille à Mamie? Un succès d'estime. Sans oublier ma carrière au Japon avec: Ma cabane à Nagoya, repris plus tard par Line Renaud en Franco-Quebecois.

LGG - ! Une rumeur de la presse people a laissé entendre un problème d’alcool?
Une fausse rumeur! Au grand Gala de l'Union des Artistes, je m'étais faite mordre par un hippopotame mâle qui voyait en moi une femelle digne de ses intérêts. Je me suis alors nettoyée avec ce qu'il y avait à disposition dans les loges, de la vodka, et pour éviter d'être infectée, j'ai fini la bouteille; et voilà. Depuis, je soigne tous mes maux à la vodka, c'est très efficace, surtout pour les maux d'amour. Mais je suis raisonnable, jamais de mélange : Vodka-Café noir le matin, Vodka-Calvados la journée et Vodka-Camomille le soir. Oui, j'ai souvent des maux d'amour... Ça n'a rien à voir avec l'alcoolisme, c'est comme les cornichons dans le vinaigre, je me conserve dans la Vodka.

LGG - En 75 ans de carrière, quels sont vos meilleurs souvenirs?
Je viens d'écrire mes mémoires en 12 volumes : Amour, Leglaire et Beauté. Vous y trouverez toute ma vie, mes relations comme ma belle histoire avec mon RRRRRRRRRRené... Oui, comme la Dion, mais moi, j'étais la première et mon René, c'était René Coty, Président de la République... Vous voyez, on n’invente plus rien, on me copie, n'est-ce pas, Carla ?

LGG - Que pensez-vous des chanteuses actuelles? Est-il vrai que Lorie vous a tout pris?
J'adore toutes ces nouvelles chanteuses: Régine, Pétula Clark, Rika Zaraï, Annie Cordy. C’est la nouvelle génération. Mais parlerons-nous encore d'elles quand elles seront un peu âgées ?
Lorie m’a volé le principe de la Positive Attitude, bien avant elle, je chantais les pieds dans la merde, c'était mon côté Coq français. Mais je l'aime bien et elle plait aux enfants. Moi, j'aurais tellement aimé être une chanteuse pour enfants, mais comme je leur faisais peur...

LGG - Parlez-nous de votre goût pour la chanson à texte que vous nous faites partager dans votre spectacle «C’est ma tournée».
Vous savez, une chanson sans texte, c'est dûr à chanter alors je me suis intéressée très tôt aux paroles. J'ai bien essayé Le Boléro de Ravel en faisant lalalala..., mais au bout d'une heure et demie, c'est long. Je crée mes
propres paroles sur des chansons standards et avec mon vécu, je me les réapproprie, je les coupe, je les traduis, je change le tempo, l'air. Parfois, on ne reconnait plus rien. C'est de l'art créatif. J'aime les bananes, c'est quand même autre chose que : Je suis malade! À la SACEM, ils s'arra-chent les cheveux avec moi... Depuis mon retour, ils sont tous devenus chauves.

LGG - Quel souvenir gardez-vous de votre renaissance dans l’émission Incroyable talent sur la 6?
Une renaissance, une reconnaissance, un nouveau public, enfin. Il était temps! Je recommence à zéro, je débute une nouvelle carrière à la fin de ma vie. J'ai même eu des boys cette année et j'ai dansé; alors, tout est possible, pourquoi ne pas importer des nouvelles danses inconnues en France: le Disco, le Twist, le Reggae?
Mes mouvements sur scène sont à l'origine d'une nouvelle danse : La Tecktonik dont on commence à parler. Je garde un souvenir merveilleux de l'émission et avec les autres candidats, on pourra dire un jour: On y était. C'était une belle aventure humaine. Un conte de fées. On ne s'est jamais revu, l'émotion était-elle trop forte ?
On a tout risqué, amour, santé, carrière et quand on nous a libéré, la vie à l'extérieur nous paru bien fade. Seule la scène et le public m'ont redonné une joie immense. D'accord, j'en fais un peu trop mais au départ, je m'étais inscrite pour Koh Lanta !

LGG - Aujourd’hui l’aventure continue à Paris au Point Virgule? Pensez vous passer avec votre récital par l’Ouest de la France?
Mon médecin personnel et le Point Virgule me prolongent jusqu'en juin 2008 tous les dimanches. Il me reste du temps pour aller vous visiter les autres soirs ou dans les 50 prochaines années. Alors, à vos agendas! Et j'adore loger chez l'habitant; alors si vous êtes intéressé, contactez-moi.

LGG - Yvette, je suis certain que beaucoup de vos fans serons heureux de le partager, alors quel est votre secret pour entretenir ce, comment dire? Physique?
Je ne suis pas une femme entretenue! Je me couche tôt: 5H du matin Je me lève tôt: Midi Je ne bois pas pendant mon sommeil, mais comme je me réveille souvent... Je garde mon maquillage la nuit comme le jour; il est Vodkaproof.

LGG - Yvette Leglaire est-elle de retour pour longtemps?
Je viens de revenir, c'est pas pour repartir! Je laisse mes consoeurs faire leurs adieux, moi, je fais mes comebacks ! Je fourmille de projets. Le 21ème siècle sera Leglairien ou ne sera pas!

 


Propos recueillis par Franck Mobihan - ?Photo: Eric Cazalot

 

www.myspace.com/yvetteleglaire
www.leglaire.com