Q: Quentin Elias

Personne ne s’y attendait ! Quentin Elias (ex-Alliage) vient de faire le buzz sur internet. Pas dans la catégorie «chanson», mais dans la catégorie DVD de charme (si vous m’suivez) ! Cette nouvelle est comme un ouragan qui traversa l’océan pour venir s’écraser en Bretagne, et plus précisément dans les bureaux de votre magazine préféré WAG ! Nous avons envoyé notre rédacteur le plus excité… non pas aux States, mais devant son clavier d’ordinateur, contacter Q, le nouveau nom de Quentin. Rendez-vous pris lors de son retour de L.A. où le jeune homme se produit dans un remake de Sunset Boulevard. Interview (c) Patrick Roulph pour Wag.

Wag! Tu vis aux États-Unis depuis de nombreuses années. Après un album en 2006, tu viens de sortir un nouveau single “Fever”, nous y reviendrons tout à l’heure. Mais entrons dans le vif du sujet. Il suffit qu’une boîte de production de films X gay diffuse deux DVD solos te concernant, pour faire le buzz sur le web. En France, c’est “Quentin d’Alliage fait du X !”. T’attendais-tu à un tel déferlement sur le web?
Absolument pas ! J’ai rencontré Randy Blue puis nous avons décidé de faire ces vidéos solos. Il m’a promis que la production serait au top, alors j’ai tenté l’expérience afin de dépasser mes limites, mes barrières. Après tout, le ciel est sans limites, non ?

Wag! Comment est arrivé ce projet de films chez Randy Blue?
C’est Randy Blue qui m’a contacté car il voulait travailler avec moi depuis un petit moment. J’ai toujours refusé jusqu’à ce que je le rencontre.

Wag! En ce qui concerne ces deux productions Randy Blue, es-tu du genre à réfléchir deux fois avant de te lancer ou fonces-tu tête baissée?
Dès que j’ai une idée en tête, je fonce.

Wag! Ces deux productions dégagent une esthétique du corps certaine. Encore de nos jours, le porno est mal perçu (même s’il fait beaucoup vendre). En France on pense “Quentin d’Alliage est tombé bien bas”. Comment expliques-tu cette mentalité ? Cherches-tu à la comprendre du moins ? 
Je ne regarde pas et n’écoute pas ce qui se passe en France. Je me fous de ce que les gens peuvent penser. Les personnes qui critiquent sont les personnes pour qui se mettre nu devant une caméra est impossible. Après tout, ce que je fais dans cette vidéo est la même chose que font tous les hommes sous leurs douches le matin avant d’aller travailler. La différence est que j’ai reçu un très gros chèque pour ça !

 

?Wag! Bien évidemment, après le solo certains attendent la suite avec des duos voir plus. Des projets
Qui sait ?

Wag! Apparemment, il est plus facile de faire le buzz sur le Web avec un film X que de faire connaître un nouvel album. Est-ce pour cette raison que ton nouveau single “Fever” qui vient juste de sortir reprend un visuel issu des Hot Sessions?
Non, en fait « Fever » était prêt bien avant les deux films que j’ai tourné. Le visuel également. C’est juste que mon expression artistique du moment est « sexuelle » ; je me sens sexuel en ce moment et je n’ai pas de honte à l’exprimer. Après tout, le sexe fait partie du quotidien de beaucoup de monde. En tout cas, je l’espère ! (Rires).

Wag! “Fever” ce nouveau single est beaucoup plus “dance” que ton précédent album “What if I” sorti en 2006 beaucoup plus orienté R&B, soûl et pop. Pourquoi ce choix de titre “dance”?
À l’origine « Fever » est plus urban que dance. Flash qui a créé une partie des mixes a voulu faire des clubs mixes à l’attention des clubs, mais au départ « Fever » est urban.

Wag! Sur ton précédent album, “What if I” figurait une reprise de “Baïla”, immortalisée en 1997 avec Alliage. Pourquoi ce titre en particulier? 
« Baïla » est un classique pour moi. C’est le titre qui m’a fait connaître, puis c’est l’un de mes titres préférés.

Wag! Quels sont les artistes que tu écoutes en ce moment, tes coups de coeur?
J’adore Maroon 5, Janet Jackson, Mariah Carey puis One republic.

Wag! Tu as eu l’occasion de faire la première partie de Madonna lors d’un show promo. À l’époque d’Alliage, tu reprenais déjà sur scène, en solo au Casino de Paris  “La isla bonita” et “Holiday”. Tu es fan?
Qui ne l’est pas ? Cette femme est un génie. Madonna se réinvente tout le temps. Aujourd’hui à presque 50 ans elle est toujours là, avec cette optique permanente de renouvellement. J’ai fait la première partie de l’un de ses shows promo pour l’album précédent « confessions », c’est vrai, ce fut un moment très fort. Peut- être plus fort que de faire la première partie de Janet Jackson.

Wag! Les Worlds Apart viennent de se reformer, que ferais-tu si on te proposait de reformer Alliage, ne serait-ce que pour une tournée?
Oui, pourquoi pas. Ce serait avec plaisir !

Wag! Après “Fever” ton nouveau single, prépares-tu un album?
Tout à fait, le titre de l’album est « Love confusion », des titres comme « kamasutra » sont déjà en écoute sur mon MySpace www.myspace.com/quentinelias

 

 


DVD: Q exposed et Q uncensored! - www.randyblue.com


 

Interview soumise au droit d’auteur. Reproduction strictement interdite.

«La contrefaçon est un délit civil qui se répare par l'octroi de dommages intérêts, c'est également une infraction pénale (article L335-2 et 335-3 du Code de la Propriété Intellectuelle).

Sous réserve du nom de l'auteur et de la source, «les analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information», et toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans consentement de l'auteur ou de ses ayants droit, est illicite (art; L122-4). Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, notamment par téléchargement ou sortie imprimante, constitue donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

Le délit de contrefaçon est passible de 2 ans de prison et de 150 000 euros d'amende.

Le droit d'auteur en France est régi par par la loi du 11 mars 1957 et la loi du 3 juillet 1985, codifiées dans le code de la propriété intellectuelle ».