«Madonna-The Scrapbook» Frédéric Gillotteau

 

« C’est le projet dont je rêvais depuis longtemps, l’aboutissement d’un long processus pour réaliser le premier livre-objet consacré à la Madone. » C’est en ces termes que Frédéric Gillotteau raconte les premiers désirs d’un projet aujourd’hui disponible. Et pas n’importe quel projet ! Pas n’importe quel livre ! Un Scrapbook ! Les plus vieux d’entre nous se souviennent des ‘scrapbook’, ces livres-objets ! Quant aux plus jeunes c’est l’occasion de découvrir cet art créatif au travers de la carrière de Madonna. Mais le plus simple encore pour répondre à toutes nos interrogations et d’aller demander directement à son créateur et auteur, Frédéric Gillotteau les explications. Nous l’avons rencontré pour vous.

 

Bonjour Frédéric, « Madonna – The Scrapbook » est ton sixième ouvrage sur Madonna. Nous allons de suite définir le mot « Scrapbook ».

Le scrapbooking, est une forme de loisir créatif consistant à introduire des photographies dans un décor en rapport avec le thème abordé, dans le but de les mettre en valeur par une présentation plus esthétique qu’un simple album photo. C’est à la fois un loisir créatif, une forme d’art décoratif, et l’occasion de coucher sur le papier, au travers des photos et des commentaires, l’histoire d’une famille ou en l’occurrence d’une artiste… Madonna !

Comment est né ce projet ?

C’est le projet dont je rêvais depuis longtemps, l’aboutissement d’un long processus pour réaliser le premier livre-objet consacré à la Madone. J’avais déjà vu des ouvrages consacrés à des artistes comme Michael Jackson ou Johnny Hallyday et qui ne présentaient pas seulement des photos, mais aussi des coupures de presses, des billets de concerts et même des objets rares…Grâce au succès de mes précédents livres (« Madonna On Stage », « Sticky & Sweet European Memories » et la trilogie « Eighties » , « Nineties », « Millenium ») j’ai pu avoir enfin la marge de manœuvre qui m’a permis de financer ce projet un peu fou…

J’imagine que tu as travaillé en équipe. De combien de personnes était composée cette équipe ? Combien de temps as-tu consacré à la réalisation de cet ouvrage ?

Le projet a nécessité environ 8 mois de travail à 3 personnes. Moi et Gil qui avons mis sur pied plusieurs maquettes avant de rencontrer les intervenants (photographes, imprimeurs,…) et Alex mon graphiste qui est toujours à l’écoute de mes choix et de mes envies et qui a réalisé la mise en page…

Y’a-t-il des choses que tu voulais réaliser et que tu n’as pas pu réaliser car techniquement impossible ?

Oui, comme souvent, il y a quelques frustrations… La principale étant un système d’enveloppe sur chacune des pages consacrées aux tournées et qui aurait permis aux fans de ranger leurs tickets de concerts… Malheureusement techniquement c’était assez lourd à réaliser, il y avait (il ne faut pas se le cacher) aussi une notion de coût ! Le Scrapbook est à ce jour le livre qui m’a demandé le plus gros investissement financier et dans l’état actuel des choses, pour avoir une rentabilité normale nous aurions dû le vendre 60.00euros !
J’ai donc réduit ma marge pour pouvoir offrir un livre à 45.00euros. Afin de ne pas vendre à perte j’ai du supprimer cette option !

Peux-tu nous dévoiler quelques pièces, objets ou documents rares que l’on peut trouver dans ce livre ?

Bien sûr ! On peut y trouver plusieurs photos rares de Madonna dans un studio de danse et datant de 1979, époque à laquelle elle venait d’arriver à New York. Elle n’était pas encore chanteuse et rêvait d’une carrière de danseuse ! On y retrouve des billets de concerts et de nombreux documents de l’époque « Virgin Tour » (1985) ainsi que la veste, les bottes et les gants qu’elle portait dans « Recherche Susan désespérément »… Ca c’est pour le côté « vintage », mais il y a aussi des choses plus actuelles, comme les croquis (sur papier dessins) des costumes de sa dernière tournée « Sticky & Sweet 2008/2009», et un panoramique de trois pages (soit plus d’1m de long !) regroupant les plus belles couvertures de magazine qu’elle a pu faire en presque trente ans de carrière !

Tu es « fan » de Madonna depuis plus de 25 ans. Est-il facile d’effectuer un travail objectif ? En même temps ‘être fan’ t’as bien servi !

Bien sur, il faut absolument être objectif quand tu réalises un ouvrage sur un artiste quel qu’il soit ! En revanche tu peux y mettre toute ta passion, et il est bien évident qu’être fan depuis plus de 25ans ça aide… ! Il est vrai que faisant partie des fidèles parmi les fidèles me permet de fréquenter des proches de la chanteuse et d’obtenir (trop rarement ! rire) des interviews ou des anecdotes croustillantes ! Ca m’a également permis de la rencontrer et de lui faire parvenir mes ouvrages…

Ce livre contient de nombreux documents très divers et variés. Ca va du bon de pré-commande comme du programme de théâtre ou encore des croquis de créateurs. Quels sont ceux que tu préfères ? Et deuxième question, quels sont ceux qui tu privilégies dans ta collection ? je suppose que tu as une petite collection !

Madonna est en effet une artiste que l’on collectionne, donc comme beaucoup de fans j’ai une collection que j’ai principalement orientée sur les objets tels que les Pictures-discs, les Cds en tirage limité et les très beaux magazines… Cependant ma plus belle pièce est quelque chose de plus personnel, c’est le t-shirt qu’elle a jetée le 01er septembre 2004 lors du passage du « Re-Invention Tour » à Paris et qu’elle portait pendant ses chansons « Papa Don’t Preach » et « Crazy For You »…

Cet ouvrage de 176 pages regroupe de nombreux chapitres sur les presque 30 ans de carrière de Madonna. Ca va de la discographie de Madonna, aux tournées mondiales en passant par les pièces de théâtre. Y’a-t-il une partie du livre sur laquelle tu as préféré travailler ?

J’ai apprécié travailler sur ses films car c’est une partie de sa carrière que je n’avais pas encore exploré dans mes divers ouvrages. C’était le côté exotique !

Nous nous étions rencontré en 2008 lors de la sortie de ton premier livre « Madonna on stage ». Tu m’avais alors confié que la totalité des photos provenait d’agences photos. Je suppose que c’est toujours le cas pour « Madonna - The Scrapbook ».

Effectivement, et je suis content que tu abordes le sujet ! Car aujourd’hui avec la démocratisation d’internet et les nombreux « outtakes » qui apparaissent sur des sites parfois peut scrupuleux, plusieurs « auteurs » se permettent de piller le travail des photographes et ce, au détriment de l’image de la Madone. Je mets un point d’honneur à produire un travail de qualité en collaboration avec les agences photos et les photographes. Je mets un point d’honneur à produire un travail de qualité en collaboration avec les agences photos et les photographes. Je me suis lancé dans l’aventure par passion avant tout, ça ne doit pas être le cas de tout le monde car en ne payant pas les photos, ils nuisent au travail des photographes mais également à l’image de Madonna !

J’imagine le choix de la photo de couverture cornélien. Pourquoi cette photo ? Ta préférence pour les années 80 a-t-elle jouée ?

Le choix de la couverture n’est jamais anodin. Le choix d’une photo des 80’s était cependant une évidence puisque le livre retrace l’ensemble de la carrière de la chanteuse. Je voulais donc commencer avec une photo proche de son look du début et finir sur une photo beaucoup plus récente. C’est le concept même du « Scrapbook » qui a guidé mon choix. Et puisqu’on parlé précédemment de droits photo, pour information celle-ci est à ce jour la photo que j’ai payé le plus cher pour un livre, mais je suis fier que ce choix ait été validé par le photographe. Ca ne donne que plus de crédit à mon travail.

Je viens d’apprendre que tu as tourné l’été dernier sur la Côté d’Azur dans le film W.E. que réalise Madonna. En quelques mots comment est arrivé cette aventure ? Comment cela s’est-il passé et quel souvenir en gardes-tu ?

Il y a eu un casting que l’on dit « fermé », c’est en fait un casting uniquement par connaissance… J’ai pu prendre part à celui-ci grâce à une personne que je ne remercierais jamais assez ! J’ai envoyé plusieurs photos à la production qui a transmis celles-ci à la Madone qui souhaitait sélectionner elle-même chacun des figurants (elle gère tout ce n’est pas qu’une légende !). J’ai eu la chance (la veille de mon anniversaire ! Joli cadeau non ?) d’être recontacté pour les essayages costumes. J’ai ensuite passé deux jours sur le tournage, je dois dire que c’était magique. Etre dirigé, « travailler » pour la Madone, c’est un rêve de plus qui s’est réalisé ! Je garde surtout en mémoire le premier jour, lorsqu’on était sur les hauteurs de Cannes, à l’écart de la foule, Madonna était beaucoup plus détendue, elle ne jouait pas du tout de sa notoriété. Elle était simple, naturelle, extrêmement polie et presque timide ! Cela tranche complètement avec le personnage public ! J’ai rencontré une autre femme que l’icône Pop que l’on connait…

La sortie de ce film est annoncée pour le printemps 2011. Appréhendes-tu de te voir à l’écran ?

Pour connaître le milieu du cinéma (j’ai déjà fait de la figuration dans plus d’une dizaine de films grand public) je sais qu’il ne faut rien attendre de spécial ! La scène peut être coupée au montage, l’angle peut être différent de ce que tu imagine et finalement ne pas apparaître à l’écran ! J’ai vécu une expérience unique et pour le reste on verra bien, en tout cas je n’ai aucune appréhension.

Toi qui connais bien la carrière de Madonna, comment expliques-tu son insuccès au cinéma ? (Mise à part « Recherche Susan » qui a bénéficié du phénomène Madonna au début de sa carrière).

C’est très facile à comprendre, Madonna est un personnage tellement fort, que lorsque tu la vois dans un film, il est difficile de dissocier son image de chanteuse de celle du personnage qu’elle joue sur grand écran. Madonna est donc sa force et sa faiblesse…

Ce nouveau livre  « Madonna - The Scrapbook » est présenté comme ton livre le plus ambitieux. Alors bien évidemment tu es attendu au tournant pour le prochain. Penses-tu déjà au prochain livre ? As-tu une idée ?

Les précédents ouvrages étaient plutôt ciblés sur la collection, ou sur une partie précise de sa carrière (notamment sur ses tournées). Je suis très fier de ce nouveau livre, car celui-là rassemble enfin toutes ses facettes, de la chanteuse à l’actrice en passant par la performeuse scénique. Je pense qu’il s’adresse à un plus grand public ainsi qu’aux fans qui attendaient un beau livre sur la Madone. J’ai voulu proposer un voyage « interactif » avec des papiers de qualité aussi différents que des calques, du kraft, du canson, ou même du Pvc ! La présentation à l’italienne et à la française ainsi que les panoramiques (séries de photos présentées sur des triples pages de plus d’1m de long !) représente le côté ambitieux de cette création. Aujourd’hui je n’ai pas encore réfléchi à un nouveau projet, on verra donc ce que l’avenir nous réserve…

 

Propos recueillis par Patrick Roulph pour www.leguidegay.com, décembre 2010.

« Madonna – The Scrapbook ». Editions NemoMédia.

http://www.editionsnemomedia.com

Interview soumise au droit d’auteur. Reproduction strictement interdite.

« La contrefaçon est un délit civil qui se répare par l'octroi de dommages intérêts, c'est également une infraction pénale (article L335-2 et 335-3 du Code de la Propriété Intellectuelle).

Sous réserve du nom de l'auteur et de la source, «les analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information», et toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans consentement de l'auteur ou de ses ayants droit, est illicite (art : L122-4). Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, notamment par téléchargement ou sortie imprimante, constitue donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

Le délit de contrefaçon est passible de 2 ans de prison et de 150 000 euros d'amende.

Le droit d'auteur en France est régi par la loi du 11 mars 1957 et la loi du 3 juillet 1985, codifié dans le code de la propriété intellectuelle »

© Patrick Roulph pour wag et www.leguidegay.com décembre 2010